1

millésimes 2020 et 2019

La saison viticole 2020

De nouveau un record de chaleur : l’année 2020 a été la plus chaude depuis le début des mesures en 1864, à égalité avec l’année 2018.

La Suisse a connu son hiver le plus doux depuis le début des mesures en 1864. En moyenne nationale, la température de décembre 2019 à février 2020 a été presque 3 °C au-dessus de la norme 1981-2010. Une telle douceur hivernale n’a été observée que quatre fois en 157 d’histoire des mesures en Suisse (Meteo Suisse, bulletin climatologique 2020)

L’arrière automne 2019 et l’hiver 2020 ont été fortement arrosés, ce qui a permis de remplir les réserves des sols viticoles. Dès le 10 avril, il fait très chaud. Mai a été intense car il fallait suivre la pousse des sarments. La vigne a poussé très vite avec ce printemps doux et elle est en fleur les derniers jours de mai.  A cette date, nous savons que les vendanges seront précoces. En pleine floraison, de fortes pluies provoquent un peu de coulure et surtout une importante pression de l’oïdium. L’été est chaud mais sans grosse canicule. La véraison a lieu 10 à 12 jours plus tôt qu’une année « moyenne » Août apporte à nouveau de la pluie et nous commençons les vendanges le 10 septembre, soit 2 semaines plus tôt que 2019. Les vendanges sont rapides, la récolte peu abondante, la qualité optimale. Des pluies perturbent la récolte des derniers raisins et nous laissons sécher nos raisins que nous pouvons récolter dans les fenêtres de beau temps. Les vendanges se terminent le 9 octobre, elles auront duré tout juste un mois. Après un novembre ensoleillé, la pourriture noble s’installe sur l’arvine grain de folie et nous pouvons récolter notre grain noble le 10 décembre pour clore cette année viticole précoce.

Comparatif de la température moyenne et de la pluviométrie 2019-2020

Source agrometeo.ch

La saison viticole 2019

2019 est la 5ème année la plus chaude depuis le début des mesures, en 1864. Cette année continue dans la lignée des millésimes chauds d’après 2010. (le plus chaud après 2018-2011-2015-2014).
A la fin d’un hiver 2018-2019 plutôt sec, les températures de février et mars sont en dessus de la moyenne. Le débourrement est moins précoce que 2018. Le sol peut reconstituer quelques réserves hydriques lors du printemps frais et bien arrosé. La pression des maladies, oïdium et surtout mildiou est très élevée. Fin mai, l’évolution de la vigne est bloquée, juste avant fleur. La vigne fleurit 2 à 3 semaines plus tard que le précoce millésime 2018. Nous retrouverons cet écart lors des vendanges. L’été reste dans les mémoires de ceux qui travaillent à l’extérieur! Une dizaine de jours de canicule à la fin juin et une semaine torride à la fin juillet. Les organismes souffrent et la vigne ne prend pas d’avance avec ce fort ensoleillement; les vignes souffrent aussi. Nous sommes heureux d’avoir équipé nos parcelles d’arvine d’une irrigation goutte à goutte qui nous permet de leur apporter réconfort et équilibre.
Août est plutôt arrosé mais un septembre magnifique nous promet une belle qualité de raisins. Les vendanges ont lieu dès la fin septembre, à une date « normale » et le beau temps se maintient jusqu’à la rentrée des derniers raisins.
Le ciel ouvre ses vannes en novembre et nos grains nobles se font doucher… La neige arrive début décembre et, cette fois-ci, nos grains nobles se font enneiger! Le petit miracle de la nature intervient et nous vendangeons des grains nobles de très grande qualité à la mi-décembre, lors d’une petite période de foehn.

2018 et 2019, deux années chaudes, l’une très précoce, l’autre plus « standard » qui nous offrent deux très beaux millésimes, tant en blancs qu’en rouges. Certes, 2019 est un peu plus une « année de vigneron » mais quelles émotions dans ces vins!

Ci-dessous un comparatif des températures moyennes, de la pluviométrie et de la phénologie du chasselas pour 2018 et 2019.

.