Les Vignes

Vous êtes ici : accueil > les vignes > travaux viticoles

broyeur.gif

Une année au rythme de la vigne

Novembre



Le gel fait chuter les feuilles et la sève redescend dans les racines. Nous profitons des derniers beaux jours pour entretenir les murs de pierres sèches et les accès aux vignes. Novembre est aussi le temps des vendanges de grains nobles. Nous attendons l'action de la pourriture noble (botrytis cynerea) et du dessèchement par évaporation pour concentrer les raisins à l'extrême. Chaque 5 ans environ, nous épandons du fumier ou du compost pour apporter les éléments nutritifs indispensables.




Décembre et janvier

Avec un taille-haie à moteur, nous coupons les sarments en morceaux afin de faciliter leur décomposition dans le sol : C'est la prétaille. Les sarments retournent ainsi à la terre et se transforment en humus.

Février

La taille de la vigne est une action très importante. Il faut former correctement chaque cep et le tailler en respectant l'ordre des plaies de taille pour ne pas entraver la circulation de la sève.

Mars

Après la taille, voici venu le moment de broyer les sarments au sol et de travailler la terre pour éviter la pousse des mauvaises herbes. Il faut aussi courber et attacher les sarments des vignes conduites en taille guyot et réparer les armatures mises à mal pendant l'hiver.

Avril

La vigne débourre, les bourgeons éclatent, les jeunes pousses pointent le bout de leur nez. Vers la mi avril, nous protégeons tout le vignoble contre le ver de la grappe par la technique de confusion sexuelle : nous disposons un diffuseur de phéromone chaque 30 m2 pour tromper les papillons mâles qui ne pourrons ainsi pas retrouver de femelle. Nous évitons ainsi d'utiliser un insecticide en été. Avril est la période du gel de printemps tant redouté.

Mai

Voici venu le moment d'ébourgeonner. L'ébourgeonnement est le complément de la taille. Il consiste à choisir les bons sarments et à éliminer les autres. Cela permettra de concentrer les forces du cep sur les grappes que nous voulons conserver. Dès la fin du mois, il faut passer les sarments dans les fils pour qu'ils poussent vers le haut et que les feuilles soient réceptives à la lumière. Les premiers traitements pour lutter contre l'oïdium et le mildiou se calquent sur l'avancement de la végétation. Nous effectuons des contrôles phytosanitaires précis pour connaître la situation sanitaire du vignoble et pour pouvoir intervenir le cas échéant.

Juin

En juin, il faut être partout à la fois. La vigne pousse beaucoup et elle fleurit. A cette période, elle est sensible aux maladies ; ce n'est pas le moment de relâcher l'espace entre les traitements phytosanitaires. Les « mauvaises herbes » aussi poussent. Pour les contrer, nous travaillons le sol au moyen de griffes ou d'une herse. Selon la méthode d'entretien du sol choisie, nous les fauchons ou nous appliquons un herbicide sous le cep. Il convient de suivre l'allongement des sarments et de les passer dans les fils de palissage. C'est une véritable course ! Vers la fleur, nous effeuillons la zone des grappes pour leur garantir un bon micro climat. Pour la première fois de l'année, voici venu le moment d'employer les cisailles pour couper le bout des sarments. Les grains « nouent » et les grappes basculent vers le bas.

Juillet

Nous arrachons les repousses sur le tronc des ceps et palissons une dernière fois. La lutte contre les « mauvaises herbes » et les maladies continue. Voici venu le moment d'estimer la récolte de chaque parcelle et d'enlever les grappes surnuméraires. La qualité du vin est à ce prix. Les grains grossissent. La sécheresse se fait sentir. Par endroit un arrosage est indispensable pour éviter un trop fort stress hydrique néfaste à la qualité du vin.

Août

Le dernier traitement phytosanitaire doit être particulièrement soigné. Le raisin tourne, il change de couleur. Le second passage pour couper les grappes les moins avancées demande une bonne « vista » et une certaine habitude. Les cisailles sont toujours utiles. Près des forêts, il faut poser des filets sur les vignes pour les protéger de l'appétit des oiseaux.

Septembre

Les dés sont jetés. Nous prions pour que le ciel soit clément et nous épargne les pluies qui provoquent la pourriture. Une dernière fois, il faut lutter contre certaines herbes concurrentielles et enlever quelques feuilles autour des grappes surtout sans toucher celles-ci. Contrôler les filets contre les oiseaux et surveiller les allées et venues du sanglier et du blaireau.... Fin septembre, voici le début des vendanges.

Octobre

Le temps des vendanges. En petite équipe, nous trions chaque grappe. Les grains mal mûrs ou trop mûrs, les baies malades ou pourries sont éliminées sur la vigne. Ce travail demande concentration et patience. Sur certaines parcelles, nous effectuons deux ou trois passages pour vendanger les grappes à leur maturité optimale. La qualité est à ce prix. Le fruit d'une année de labeur prend le chemin de la cave. Désormais, c'est en cave que le travail du vigneron-encaveur continue...

©2005-2010 | Benoît Dorsaz - Ch. du Midi 37 - CH-1926 Fully | Tél : +41 27 746 11 25 | Fax : +41 27 746 20 45 | info@benoit-dorsaz.ch

created : 17.03.06 - modified : 17.06.06